Dans les transports en commun

Posté par Cupidon le 2 janvier 2009

Si vous passez beaucoup de temps dans les transports en commun, vous vous apercevrez que ce sont de très bons endroits pour draguer. La raison est simple : elle comme vous sont blasés de ces trajets répétitifs et, sauf évidemment à se plonger dans un bouquin, vous n’avez rien d’autre à faire qu’à patienter. Le meilleur moyen c’est de lui adresser la parole.

Pour ça, vous ne devez pas hésiter à jouer des coudes ou à vous faufiler pour vous trouver à proximité d’elle, mieux encore assis à la place à côté d’elle. Rien n’est plus bête que de rêver d’engager une conversation avec une jolie fille que vous avez repéré à l’autre bout du bus ou du wagon de métro ! Si vous arrivez un peu vite à côté d’elle (pour pas qu’on vous pique cette place prometteuse), elle vous jettera un petit coup d’oeil. C’est le moment d’embrayer avant qu’elle n’ait détourné les yeux.

Surtout n’attendez pas un quart d’heure avant d’oser. Vous deviendriez nerveux et ça vous ferait perdre du temps. Vous n’avez qu’à lui poser une question anodine sur la durée du trajet, le changement, le terminus, la station où elle descend…

Dites-vous bien que si vous avez remarqué une jeune fille qui prend régulièrement le bus ou le métro tous les jours comme vous, elle vous a probablement repéré aussi. Vous pourrez plus facilement l’aborder si elle s’attend parfois à croiser votre regard parce qu’elle a déjà eu l’occasion de vous observer. Si ça se trouve, elle sera ravie de trouver quelqu’un de gentil et de décontracté avec qui bavarder.

Cas vécu : dans le RER, une jolie jeune fille en T-shirt était assise sur un strapontin le long de l’allée centrale. Assez vite, un SDF un peu agressif est venu importuner les voyageurs. Mine de rien, je me suis déplacé du bon côté de la barre pour qu’il ne puisse pas s’approcher d’elle quand il arriverait à notre hauteur. Et dès qu’il s’est éloigné, j’ai pivoté pour la regarder en souriant. Je peux vous dire qu’elle avait remarqué mon manège et qu’elle en a été très reconnaissante.

Variante : dans la même situation, elle fait mine de changer de wagon. Vous la bousculez un peu en descendant, mettez la main sur son bras pour vous excuser (qu’elle sache bien que c’est vous et pas un autre qui lui parlez) et ajoutez rapidement : « tirons-nous d’ici, c’est malsain » ou quelque chose de ce genre. Il vous sera très facile alors de monter naturellement derrière elle dans le wagon d’à-côté et de commencer une conversation intéressante. Vous avez bien sûr remarqué le « nous » dans la petite phrase, destiné à vous rapprocher dans cette situation partagée.

Pensez aussi aux filles qui voyagent seules avec un gros bagage, pour prendre l’avion par exemple. Soyez sûr qu’elle s’est dit intérieurement qu’elle trouverait bien une âme galante pour l’aider à trimballer sa valise dans l’aérogare. Soyez celle-la !

Laisser un commentaire

 

Vol d'un voilier et persécu... |
La 5ème Batterie du 16ème G... |
Presse et le Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VISION HUMAINE
| actforchange
| collectif d'enseignants de ...